Amesoeurs

Amesoeurs

-//-

La Reine Trayeuse

Ça fait un moment que l'idée d'écrire un article sur Amesoeurs me trotte dans la tête. L'album est sorti il y a longtemps maintenant (2009) mais j'y reviens souvent. Je pense devoir cela à sa richesse et à son côté atypique. Ça doit être l'un des premiers albums que j'ai entendus qui mariait Black Metal, Post-Punk et Post-Rock. Ces courants musicaux sont différents certes, mais pas complètement antagonistes : ils portent tous en eux une forte mélancolie et un certain romantisme. Là où le Black Metal classique va exalter la nature, Amesoeurs va plutôt se pencher sur nos univers urbains pour y puiser toute sa tristesse, toute sa haine. Le chant de Neige va se charger de faire passer le sentiment de haine alors qu'Audrey va faire passer la mélancolie. Les textes sont d'ailleurs à la hauteur des ambitions d'Amesoeurs et on notera même un emprunt à Baudelaire ("Recueillement"). Il résulte de ces influences un univers très sombre marqué par l'influence du mouvement Décadent et par un fort sentiment de désespoir et d'aliénation.

Plusieurs morceaux sortent du lot, notamment Gas in Veins qui ouvre l'album, Les Ruches Malades et Heurt. Pour illustrer l'article, j'ai choisi La Reine Trayeuse qui fait partie des temps forts de l'album et qui illustre bien le sentiment d'être pris au piège et la recherche d'une échappatoire.

Avant de sortir ce LP, Amesoeurs a sorti un EP trois titres ("Ruines Humaines") qui vaut le coup d'être écouté si vous appréciez le LP. Toutefois, la discographie d'Amesoeurs n'ira pas plus loin et cet album sera également l'épitaphe du groupe. Les membres s'étaient déjà séparés avant la sortie de l'album. On peut tout de même retrouver Neige dans Alcest, Fursy Teyssier dans Les Discrets et Audrey Sylvain dans Malenuit.


Paroles :

Arpentant les rues du haut de mes échasses
Je surplombe la ville avant que l'on me traque

Mais je suis petite, sèche et tellement combustible
Je tombe facilement

Quand arrive le soir, les lames ne me font plus peur
Raides comme des évêques qui défoncent l'intérieur

Autour de moi le monde crache ses vices
Et en bonne reine trayeuse je recrache
Leur trop plein de hargne

Mais je suis petite, sèche et tellement combustible
Je tombe facilement

Quand je me fais salir
Meurt un rêve après l'autre
Tous ces visages noirs ne me mèneront nulle part
J'offre tout et tout s'ouvre, violemment
Quand je me cambre tout se force et se dérobe

Imagine que je suis ta mère, ta sœur, ton refuge...

Eh ! viens par ici, regarde...
J'ai un corps de gamine, une âme de vieille chienne
Tout pour satisfaire quoi
Alors, donne moi la main
T'en veux pas alors
Je sais surement pour toi et c'est pareil pour moi
Emmène moi, on est seul
Toi et moi
Toi et moi

NB: les commentaires sont modérés à priori et n'apparaissent qu'une fois validés.


Vous aimerez peut-être aussi :

publié le 08/10/2021 à 15:11:04

Cradle of Filth

Crawling King Chaos

Publié dans Black Metal

399
vues
0
commentaire
publié le 08/10/2021 à 18:25:38

Cradle of Filth

Necromantic Fantasies

Publié dans Black Metal

402
vues
0
commentaire
publié le 22/10/2021 à 08:50:22

Cradle of Filth

Existence is Futile

Publié dans Black Metal

427
vues
0
commentaire