Glaciation

Sur les falaises de marbre

-//-

Le soleil et l'acier

Quand Glaciation sort cet album en 2015, le groupe a changé de tête pensante et ce qu'il propose est à des années lumières de son premier effort, "1994". Le départ de Valnoir permet à Hreidmarr de prendre les reines de ce all star band pour le mener un peu plus haut vers les cimes du Black Metal à la française, un Black Metal qui ne va certainement pas plaire à tout le monde. Les puristes vont certainement tourner les talons et les ouverts d'esprit tendre l'oreille. Certains dénonceront sans doute l'intellectualisation du style et les autres apprécieront. En effet, cet album est marqué par la littérature internationale et par des auteurs controversés.

Le titre de l'album, "Sur les falaises de marbre" est un roman d'Ernst Jünger, auteur allemand affilié à la droite nationaliste pendant la première guerre mondiale qui a fui les Nazis pendant la deuxième guerre mondiale. "Sur les falaises de marbre", considéré comme son chef d'oeuvre, est d'ailleurs une dénonciation du régime Nazi.

"Les fiancées sont froides" est un roman de Guy Dupré, affilié au mouvement littéraire des hussards, mouvement qui privilégie l'impertinence et le style pour le style. Pour ce qui est de la chanson, il s'agit d'un constat de ce que laisse la guerre : tout n'est que chaos et destruction, perte de repère, morts et charniers qui évoquent des tableaux de Bosch.
Enfin, ce premier morceau est scindé en deux par un sample de Marguerite Duras qui évoque l'année 2000 au cours d'une interview qui se tient en 1985.

"Le soleil et l'acier" est un essai autobiographique d'Yukio Mishima, auteur Japonais passionné par l'imagerie de Saint Sébastien et torturé par son homosexualité à une époque où le Japon n'était pas vraiment ouvert (années 30 / 40). La chanson est d'ailleurs une évocation du supplice de Saint Sébastien.

 "Kaputt" est un roman autobiographique de Curzio Malaparte, auteur italien enthousiasmé par le fascisme à ses débuts mais qui a vu ses espoirs douchés par l'embourgeoisement du mouvement et le ridicule de Mussolini. Le roman qui décrit entre autre des pogroms et le ghetto de Varsovie, est un témoignage de guerre cru et morbide. La chanson fait le lien entre Napoléon et la seconde guerre mondiale. Le nom de Malaparte n'étant pas le véritable nom de l'auteur Curzio Malaparte. Il l'aurait choisit en référence directe à Bonaparte en disant :

"Napoléon s'appelait Bonaparte, et il a mal fini : je m'appelle Malaparte et je finirai bien."

Cette histoire fait écho à ce passage dans les paroles de la chanson :

Le carnage de Jassy et les chiens
Qui inventent leur vie en miroir
Commencent mal finissent bien
Et soupirent sur l'histoire...

 Autant dire que niveau références, nous sommes servis.

Que disent ces références au premier abord ? Et quel rapport au final avec l'album ? Ce qui ressort de toutes ces références et qui transpire à travers tout l'album c'est la résistance à l'oppresseur, c'est le refus de la guerre et de l'autoritarisme et c'est le morceau "Kaputt" qui est le plus direct sur ces thèmes :

Ne reste que les chevaux
Retournés sur la glace
Les rois dans les caveaux
Les rats dans les palaces

(L'image des chevaux est sans doute un écho de la campagne de Russie menée par Napoléon durant laquelle les soldats avaient si froids qu'ils éventraient les chevaux pour se mettre au chaud dans leurs carcasses.)

Et comme une explosion
Change l'orbite du destin
Anéantis les maîtres
Qu'on faisait magiciens !

Cet autre passage semble évoquer le tableau d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple :

Et comme une explosion
Dans un chaos de flammes
Donne à un peuple de maîtres
Pour seul père une femme !

Le lyrisme des paroles est incroyable et s'il y a une chose qu'on ne peut pas enlever à Hreidmarr c'est bien son talent. Il a le sens de la formule et tout est très bien tourné, dans un style proche du mouvement Décadent.
Niveau musical, c'est du même tonneau. On est parfois proche de l'expérimental La mer, les ruines notamment, (ce qui ne plaira pas aux puristes là encore) et on touche aussi du bout des doigts le grandiloquent. Certains passages sont sublimes, le final du "Soleil et l'acier" par exemple, mais aussi celui de "Les Fiancées sont froides" . Tout est extrêmement réfléchi et cohérent, tout s'emboîte parfaitement à l'exception du dernier morceau qui, s'il n'est pas déplaisant à écouter en lui-même, n'est toutefois pas du tout à sa place sur cet album. L'album aurait dû se conclure sur l'instrumentale "Cinq", morceau bien plus dérangeant que "Sur les falaises de marbre" qui évoque bien plus Alcest que Glaciation.

Il y a fort à parier que cet album restera dans les mémoires tant par la finesse de son propos que par son exécution musicale. Un vrai ovni qui apporte un peu de son neuf sur une scène qui en manque cruellement.


Paroles :

A ses cotes douloureuses
Quelques flèches armées
Crevassent, amoureuses
La plaie-chair ennemie

La pose et le martyr
C'est le ciel qui s'attire
Le gouffre préparé
Kamikaze séparé

La chair adorée, bénie
Qu'une lame d'acier torture
Le corps attaché, honni
Où les flèches fulgurent

La pose et le martyr
C'est le gouffre qui m'attire
Le soleil et l'acier
Et la chair et l'acier

Sébastien enfléché
La poitrine et la gorge
Kamikaze détaché
Ciel de forge !

La pose et le martyr
Les cieux où vont finir
Et la chair dans l'acier
Le soleil et l'acier

Sous ses côtes blessées
Où une lame sommeille
Le ciel va embrasser
L'acier et le soleil...

La pose et le martyr
Les cieux où vont finir
Et la chair dans l'acier
Le soleil et l'acier

NB: les commentaires sont modérés à priori et n'apparaissent qu'une fois validés.


Vous aimerez peut-être aussi :

publié le 08/10/2021 à 15:11:04

Cradle of Filth

Crawling King Chaos

Publié dans Black Metal

399
vues
0
commentaire
publié le 08/10/2021 à 18:25:38

Cradle of Filth

Necromantic Fantasies

Publié dans Black Metal

402
vues
0
commentaire
publié le 22/10/2021 à 08:50:22

Cradle of Filth

Existence is Futile

Publié dans Black Metal

429
vues
0
commentaire